Les petits pavés

01 novembre 2014

Old friends ("How terribly strange to be seventy").

En devanture de la librairie (La Manoeuvre, rue de la  Roquette), il y avait deux photos de cet auteur et sur la plus récente, il me semblait bien vieilli. Je me suis demandé si nous étions tous sujet au vieillissement et, assez honnêtement, j'ai répondu positivement. Tous. Tous, mais cette jeune fille charmante croisée tout à l'heure et qui, je ne sais pourquoi, m'a souri ? Était-elle en train de vieillir lorsque, curieusement, elle a souhaité me sourire. Vieillir, sourire, tout serait affaire de "e", peut-être. Quand je suis... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 19:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2014

Hervé Gourdel. Flash

Je m'exprime peu sur les sujets vraiment sérieux, voire graves. Je m'exprime peu d'ailleurs. Mais lorsqu'il s'agit du sort du monde, du budget de l'éducation, des tirs en Irak, en Syrie, voire en Palestine, je n'ai pas la bonne dimension. Je préfère soutenir un film qui ne sera vu par personne, parce que ça ne peut pas faire de mal. Ou éreinter un film qui fera 3 millions d'entrée. Pas de préjudice non plus, la portée de ma voix est, alors, celle d'un acarien dans un lit de 180 de large dont les occupants pensent à autre chose. ... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2014

Au four ou au moulin

J'ai eu l'intention de publier hier cette vidéo de Pierre Desproges. A propos des juifs. J'avais visionné juste avant "Feu Follet" de ducon-dieudonné. Je voulais savoir à quel point il pouvait être ignoble. OOOOOOh, il y a des kilomètres d'ignominie entre dieudonné et le monde civilisé. Le problème est qu'il mélange avec plaisir des choses auxquelles nous pourrions adhérer (certaines photos du temps des colonies) et des des choses abjectes. Il en fait un tout qui appelle la chasse d'eau, voire le balai à chiottes pour anéantir la... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2014

Rentrée : Solange te parle

Je me suis éloigné et je reviens. Et ça me rappelle Serge et Jane. Ainsi qu'un souvenir précis de mon existence. J'ai passé du temps en famille et avec des amis, c'était bien, sauf quand c'était pas bien. Le bien, c'est le rire de M., c'est danser à quatre, ce genre de choses. Le pas bien j'en parle pas, mais je pense très fort à mon neveu Éric.  J'ai découvert une sorte de chroniqueuse parisienne relayée par les inrocks. Vidéaste, elle est son propre sujet. Ce qu'elle montre (elle) et dit est d'une... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 août 2014

Métro

Paris."Il n'est bon bec que de Paris" avait écrit un écrivain et je m'étais posé la question. Sans trouver la réponse, il suffisait de relire, mais j'avais prêté le livre qui ne m'est jamais revenu. Elle ne s'est pas rappelé que ce livre... Et je ne lui en veux pas, mais j'aimerais retourner  à cette question affirmative, "il n'est bon bec..". Facile, pour moi, les bonbecs, ça s'avalait tranquille après suçotage agréable, qui appelait le sensuel. Cet après-midi, à Paris, dans le métro, j'ai vu une fille plus que belle.... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 23:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 août 2014

Souvenirs, images

L'image fuit, ou fuit, le chien s'enfuit, la chose est fortuite, je cherche tes mains. Le matin s'est répandu sur l'après-midi et on ne peut taire que c'est un certain bordel car l'après-midi s'est logé dans la soirée et je bois des gouttes d'espérance. Mes cheveux poussent et je ne peux arrêter le temps, après ma mort, ils pousseront encore et je ne saurai comment me coiffer. Je pense à mes amis, dont je vais dévoiler les initiales. Non, joke. Celles et ceux qui le savent le savent et il n'est nul besoin de discriminer. J'ai ôté mon... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2014

Killed

Je ne dis pa ça pour me vanter de mes connaissances, par ailleurs fort relatives, mais il existe en anglais des mots qui commencent par R. Raw, Rude, Rough, Riot, Rebel, (...), Rock. Et le rock résume tout ça, en un mot rauque et une histoire glauque qui n'en finit pas de répandre ses métastases dans toutes les directions, sociale, culturelle, vestimentaire, littéraire, amoureuse, Jean passe (bonjour Jean). J'en passe car voilà un sujet qui pourrait me tenir éveillé pendant des heures, et c'est mauvais pour ma santé.Cela fera... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juillet 2014

Guerre et paix

C'est vraiment la haine. Je ne me souviens pas, moi qui en ai connu des climats, d'un tel climat porteur d'anéantissement de l'autre par la force comme objectif et principe. Je n'ai rien à dire sur les événements tragiques qui se déroulent là-bas, car mon avis n'est d'aucun intérêt. Je suis étranger à toute religion, même si je suis affecté parfois de "crises" de mysticisme. Mais entendre "Mort aux juifs" tout près de chez moi, comme je l'ai entendu, me blesse au plus profond et me désinfecte pour longtemps de tout mysticisme. Comme... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juillet 2014

La fenêtre ouverte

Vous êtes peu à me visiter, mais c'est juillet et les vacances, donc je comprends. Par la fenêtre de la cuisine ouverte, je suis rattrapé par les Quatre saisons, L'énigmatique naissance, L'enfance magique dont mes rêves s'abreuvent. L'adolescence et ses non-dits mortifères. L'âge adulte où tout est possible, surtout passer à côté des possibles, d'ouvrir les mauvaises portes. La vieillesse qui est un renoncement, un naufrage selon Chateaubriand, poète associé à un tournedos délicieux quand il est réussi. La vieillesse est un tournedos... [Lire la suite]
18 juillet 2014

Enfants du Paradis

"Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un aussi grand amour". Photo de tournage des Enfants du Paradis J'ai choisi un banc, Bd Richard Lenoir, au grand soleil, mes deux paires de lunettes, de vue, de soleil, m'aidant à lire. J'ai ouvert ma chemise pour accueillir la chaleur. C'était un très bon moment. Un moment de paix. Pendant ce temps, un avion de ligne se faisait descendre, 300 morts, mais à l'heure qu'il est, on ne sait pas bien par qui, les pro-russes, les anti-russes. Au secours ! Fachos de droite, du... [Lire la suite]