Mai, joli mai, mai de fleurs rouges sur les pavés noirs
26 avril 2012

Battre Sarkozy. Voter François Hollande. 1. Les droits des femmes passent par la Gauche

PUB(ce billet n'est pas sponsorisé) Contre ce mec là :Car on ne peut se prétendre président d'une républiqueLepenocompatible.  Et en musique : The times they are a changing. Are not they? Un appel de femmes et hommes féministes intitulé Les droits des femmes passent par la Gauche a été publié aujourd'hui par Libération. En plein accord avec cet appel, c'est avec plaisir que je le relaie en invitant les lectrices et lecteurs des Petits pavés à le rejoindre. 150 femmes et hommes féministes publient aujourd’hui, mercredi 25... [Lire la suite]

21 août 2008

Prague, 21 août 1968

Nous sommes le remords du monde, nous sommes le souvenirNous sommes le sang qui innonde le creux vague de l'avenirEt les pures Amours d'une blonde expirent comme fin du sourireSur nos lèvres moribondes. Les amours d'une blondeMilos Forman (1965) Cette année-là, le Printemps levé avant-terme d'un souffle chaud de poésie sur ses bourgeons désirants fut anéanti en plein mois d'août, à Prague, alors que le monde regardait de l'autre côté. Jean Ferrat chantait encore le joli mai alors qu'un orage de fer d'acier de sang grisait... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2008

14 Juillet - Anniversaire - fête nationale - la marseillaise

[post modifié le 14 dans l'après-midi] Le 14 juillet est une grande fête nationale, partout dans le monde. C'est un grand anniversaire et la France qui se lève tôt a droit à la grasse matinée. Chaque année, la France et les autres nations civillisées, même si elles n'ont pas le privilège d'être gouvernées, comme nous, par un grand homme qui va, en moins d'un mois serrer la main de Bachar al-Assad, puis de dirigeants chinois (se lave-t'il les mains après, comme quand on sort des toilettes ?), arrêtent tout pour honorer Léo Ferré,... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2008

10 mai - Comme une fille

Le 10 mai au soir fut, le soir, la nuit, le matin, un orgasme politique sans fin. D'ailleurs, je ne suis pas certain d'en être sorti. Certains, à l'époque, sont entrés dans le LSD pour ne plus sortir d'un voyage blême, moi j'ai l'impression de n'être pas sorti de cette nuit de mes 19 ans, du moins pas sans dégât. Nous faisions la première partie de Colette Magny au Théâtre Gérard Philippe. Après, j'ai confié mes disques (dont certains aussi précieux que "Newport folk festival - 1963", session où Dylan fusionne avec... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 17:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
06 mai 2008

Paris Mai

Le 6 mai, les événements se sont précipités. Nanterre évacuée, la Sorbonne occupée par les "forces de l'ordre" depuis vendredi, les étudiants parisiens (à l'exception des étudiants en droit et en médecine, qui continuent à suivre leurs cours) investissent la rue. L'après midi, au Quartier Latin, une manif plutôt pacifiste est chargée par les hommes en noir. La solidarité s'organise. La nuit sera belle. C'est une semaine folle qui commence ce lundi et ne trouvera un repos qu'à l'issue de la nuit des barricades, du 10 au... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2008

Jacques Debronckart

Pour continuer avec les chansons qui "passaient dans le poste" (plutôt Europe 1 que les chaines nationales gaullistes), quand nous attendions 68, à faire tout seul des taches dans les plumards en feuilletant Lui ou PentHouse (PentHouse était nettement plus avancé dans la précision morphologique de ce qui nous faisait rêver et, pour ma part, avec un romantisme échevelé, je découvrais Vian et Sartre, Godard et le cinéma underground américain, je n'étais plus un ouvrier, déjà un employé, je lisais Rimbaud et Marx,... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2008

Maurice Fanon

Quand nous attendions 68, un peu impatients, un peu assoupis, envie de se réveiller au beau mois de mai, nous écoutions des chansons. Du rock, bien sûr, un peu de jazz, mais aussi quelques chansons françaises. Maurice Fanon n'a pas fait une grande carrière commerciale, mais je m'en souviens. A le réécouter aujourd'hui, bien sûr, j'y découvre quelques fleurs surannées. Mais dans ces années 60 françaises, quand nos oreilles adolescentes se tendaient avec force vers l'Angleterre, avec ses merveilleuses stations de radio pirates (Radio... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2008

I Can't get no...

Le rock conduit tout droit à 68. Pas le rock américain des années 50, plutôt réac (Jerry Lee, Elvis, Gene), mais le riot rock qui croise à partir de 1965 le rock poissé de blues porté par les jeunes british (Stones, Animals, Kinks) et la contestation contre la guerre du Vietnam et la société de consommation incarnée par l'encore très jeune Bob Dylan. Curieusement, l'année rock 1965 commence le 28 août 1964, dans un hôtel new-yorkais : ce jour là, la légende rencontre la légende, entre d'autres termes les Beatles rencontrent Bob... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 avril 2008

Poète, vos papiers !

Le Printemps 68 ne relevait pas de la génération spontanée. Des courants, des mouvements, des idées émulsionnèrent ce beau printemps argentique et peu à peu le révélèrent. Il est un artiste qui, rétrospectivement, symbolise plus que d'autres cette érection progressive de la rue, c'est Léo Ferré et il reviendra souvent nous parler de ces temps déraisonnables (on avait mis les morts à table) sur ce blog, ces temps qui appelèrent le jaillissement vital, le temps de nous débarrasser de nos boutons d'acné sur le lit consentant des... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2008

Hasta Siempre Comandante Che Guevara

Aux origines des mouvements de 1968 en France, mais un peu partout dans le monde, plusieurs figures tutélaires. On oubliera Mao Dse Dong et son petit bréviaire rouge.Mais on ne peut passer par ce mort "trop grand pour nous" comme le chantera Lavilliers bien des années après. Un mort trop grand pour nous, qui fut un être vivant extrême, médecin argentin fils de bourgeois aisés qui se retrouva parmi les leaders de la révolution cubaine. Une icône de 1968. Ce qui distingue Ernesto Che Guevara de la plupart des autres... [Lire la suite]
Posté par Michel Valois à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :