08 mai 2013

Philip K. Dick et le Paradis

Mes machins chinois à la vapeur cuits au micro-ondes et la purée de carottes pareil, je mets la télé parce que, quand même, on se fait chier, et dès les premières secondes du film, commencé depuis un moment, je sais que c'est un Mocky. C'est un grand mystère ce style reconnaissable à la seconde du cinéaste bas de gamme et pas cher. Pas cher, mais on y retrouve, outre les trognes habituelles, Philippe Noiret, qu'il serait malpoli de présenter, Alberto Sordi, Le cheikh blanc pour Fellini, Un bourgeois petit, tout petit pour Monicelli,... [Lire la suite]