_DSC5237NB

Bonjour tout le monde.

Je vais vous donner une clé. Si vous faites partie de ces gens qui se précipitent dans les restaurants déjà pleins, parce qu'ils sont pleins, qui vont faire la queue deux heures pour voir un film, parce que tout le monde y va, qui s'habillent en rouge parce que c'est la mode, bref, si vous êtes en plein main stream, je vais vous éviter de perdre du temps avec ce blog. Inutile de vous balader d'un billet à l'autre, de mater une photo, de cliquer un lien, allez à l'essentiel, allez à ce que les gens aiment. Branchez-vous sur les pages les plus lues. Voici les liens, je regarde tous les jours ou presque depuis des semaines quelles sont les "pages populaires" de ce blog, celles qui comptent le plus de visites et, j'en suis d'ailleurs perplexe, il s'agit des suivantes.

Voilà le fidèle hit-parade de mon blog, au moins depuis que je l'ai tiré du néant, il y a quelques semaines. J'ignore si je dois en tirer des enseignements. La prédilection pour l'année 1959 m'étonne un peu, mais que L'affiche rouge suscite encore de l'intérêt, en ces temps où le rouge-brun s'affiche un peu trop agressivement,  me ravit. Ensuite, manifestement, ce que j'écrivais à mes débuts, entre 2006 et 2009, semble plus intéresser que mes pensums actuels. Enfin, c'est bien les thèmes culturels et non les thèmes politiques (encore que la différence entre culture et politique ne cesse de m'interroger) ou réellement personnels qui attirent ici.

L'analyse des mots clés qui conduisent ici ne donne pas grand chose d'autre. "Affiche rouge" en premier.

Conclusion après cette vidéo d'Arte que je citais un peu plus haut, que j'avais oubliée, mais qui m'a ému aux larmes il y a un instant, lorsque je l'ai revisitée. Godard / Recut / Années 60 . Il y a Staline sans pouvoir et Lénine sans barbe, il y a Brigitte Bardot, Anna Karina, Jean Yanne. Il y a Jean-Pierre Léaud, il y a des phrases griffonées, des citations. Il y a Anne Wiazemski et Eddie Constantine. Et Juliet Berto, celle qu'a chantée Yves Simon. Il y a le génie du cinéma, je veux pas dire Godard, encore que, vous verrez toutes les pleureuses médiatiques quand il aura quitté l'écran. Non, il y a un génie du cinéma, quelque chose qui parcourt les films, comme un serpent qui crache son venin. Comme la grâce qui investit le religieux. Il a quelque chose qui nous rend meilleur, plus réfléchi, peut-être plus amical aux autres. Le cinéma nous rend plus humains.

La conclusion de tout ça, c'est que je ne changerai rien. Ce blog est, a été, sera mon espace de liberté et hier, parmi les cadeaux adorables d'amis sincères qui m'ont aidé à assécher quelques bouteilles, il y a un pin's, choisi je sais par qui, et qui affiche "Je suis le plus libre". J'essaierai de rester fidèle à cette devise, ici, sur ce blog, ou ailleurs, partout.

Merci à ces amis et merci à vous de m'avoir lu.

Et merci de me laisser un commentaire, c'est gratuit et ça fait tellement plaisir à son destinataire.