Hier j'ai dit Bonjour Madame. Je suis rentré chez moi par la porte, juste quand elle s'est ouverte. Enfin, on l'a ouverte, ma porte ne s'ouvre pas toute seule. J'écris ça parce que ma vie est passionnante, c'est pourquoi je la consigne dans ce blog et, il faut bien qu'une porte soit ouverte ou fermée et non s'ouvre ou se ferme toute seule. C'est embêtant d'ailleurs quand elle se ferme par elle-même, les clés à l'intérieur et moi à l'extérieur. C'est embêtant mais ça met du piment à ma vie qui est déjà bien remplie.

Quand je suis rentré, enfin dans mes souvenirs c'est après être rentré chez moi, j'ai regardé la télévision, attentivement. Elle était bien éteinte, ça va, je n'aime pas la télévision, mais un peu de poussière était collée à l'écran. Alors j'ai pensé Il faut que je dise à la femme de ménage d'enlever la poussière sur le téléviseur. Moi, ça ne me plairait pas d'être couvert de poussière et même si je n'aime pas la télévision, je ne suis pas hostile au téléviseur et j'ai posté un post-it sur l'écran pour me rappeler de dire à la femme de ménage d'enlever la poussière sur le téléviseur. Mais le post-it est tombé, à cause de la poussière.

Du coup, j'ai pensé à autre chose qui m'a bien diverti. Mais quand j'y repense, je ne sais plus si c'est penser ou autre chose qui m'a diverti. Bien d'ailleurs.

Peanuts philosophy
Charles Schultz.

J'ai mangé, puis j'ai digéré. Après j'ai regardé la télévision et ça m'a fait penser à la femme de ménage. Je me suis demandé, philosophiquement, s'il était habituel que les personnes pensent en regardant la télévision chez eux le soir après avoir mangé, pendant la digestion et avant de se coucher dans leur lit. Je n'aime pas la télévision, mais j'aime bien la philosophie, bien que certains philosophes aient une pensée un peu poussièreuse. Il faudra que je demande à ma femme de ménage si elle apprécie la philosophie. Elle doit préférer les philosophes propres aux philosophes poussiéreux.

D'un seul coup, j'ai ri comme ma tante, mais je ne sais plus pourquoi. Ma cousine aussi, d'ailleurs, mais j'ai oublié ce qui m'a fait rire, peut-être le propre de l'homme, philosophe comme je suis, mais peut-être pas.

Je me suis préparé pour aller au lit avant de me coucher dans le même lit avec un livre. J'aime bien dormir avec un livre, ça repose l'esprit pendant que le corps gît. J'aime bien aussi le verbe gésir car il ne se conjugue qu'au présent et à l'imparfait, ça fait très punk (No future!). Je me demande si ce n'est pas cela qui m'a fait rire. Je devrais ouvrir un blog, ma vie est tellement passionnante...