Je préparais depuis une bonne quinzaine de jours un sujet sur les (rares) chanteurs français que j'écoute, mais ça n'en finit pas, donc j'abandonne, désolé Bertrand Belin ou Bastien Lallement, vous resterez coincés dans mon clavier.

Mais je tombe (boum, évidemment) sur cette vidéo de Florent Marchet, pas très bonne, enregistrée sur FR3 et comme donner à voir et à entendre vaut mieux, en matière musicale (ou poétique ou littéraire, Marchet étant quand même ce qui nous est arrivé de mieux, avec Benjamin Biolay, peut-être, depuis Alain Bashung) qu'un mauvais billet, voici la chose. Juste un mot pour dire à Florent (et pour paraphraser Les inrocks qui a écrit, entre parenthèses, plus que du bien de sa Black Session, le 15 novembre sur inter, que j'ai ratée !!!!!!!) que se laisser pousser la moustache n'est jamais une solution. Par ailleurs, le pull jacquard et le brushing ne peuvent dissimuler le petit sourire du berrichon qui m'a fait découvrir, en concert, Laura Kasischke. Ce sourire en dit long sur le fait que Florent Marchet n'est pas dupe : il n'est plus un petit garçon et ne se contentera pas d'être gentil.

Je viens d'acheter l'album Courchevel, dont Benjamin est le premier extrait. C'est, comme les autres albums de Florent une sorte de "produit maison", fait à la main, mais plus que jamais. Depuis qu'il partage le privilège, avec Alain Chanfort, Jacques Higelin ou Benjamin Biolay (comme Nougaro en son temps) d'avoir été viré par sa maison de disques (pas assez rentable), il a son propre studio.

Son disque est juste somptueux. On y revient dans quelque temps.

Pour ceux (celles, surtout) qui découvriraient FM, je précise qu'il n'exhibe pas constamment une cravate jaunâtre sous un pull et une tronche de premier de la classe de 1972. Autre image dans cet extrait (son et images médiocres, dommage) d'une soirée magique à laquelle il avait convié quelques amis, au Café de la Danse :