"Le Président de la République m’a demandé de conduire le Gouvernement. (...) La décision du Président m’oblige envers tous les Français. (...)

Après trois années et demi de réformes courageuses, conduites malgré une sévère crise économique et financière mondiale, je m’engage, sous l’autorité du chef de l’Etat, avec détermination, dans une nouvelle étape qui doit permettre à notre pays de renforcer la croissance de son économie au service de l’emploi, de promouvoir les solidarités et d’assurer la sécurité de tous les Français."

François F., dimanche 14 novembre 2010.

Moi, j'ai rien à dire sur ce scoop énorme (François F. Premier ministre ?), mais il y a cette chanson qui me trotte dans la tête depuis des mois, ce truc d'Eiffel, solide comme une tour, qu'entre Facebook et ici je vous ai bien exhibé 5 ou 6 fois (y compris avec Bertrand C. dont le retour fait plus l'événement que celui de Fifi (pas toi, Vilaine, l'autre)). Mais une chanson qui n'en finit pas de coller à l'actualité vaut bien un tour (d'Eiffel) de plus, dans une version live, cette fois, enregistrée il y a un an à peu près à la télé. Je l'ai choisie parce que le son et l'image sont plutôt bien foutus, même si le générique de fin rallonge la sauce inutilement. Et puis, j'ai vaguement l'impression qu'elle est pas près de se ringardiser, cette ritournelle.

Mettre le son à fond, ouvrir les fenêtres, lever le poing droit et jurer dans la nuit...

 

Hé, Fifi, on en a pas fini.